À l'assemblée nationale

Lors de la présentation des voeux du président de la République vœux à la presse pour l’année 2018, plusieurs priorités ont été mentionnées :
1) La protection effective des journalistes, car « lorsque la presse est bâillonnée c’est la vitalité de notre démocratie qui est bousculée ». L’action menée par la France comporte plusieurs volets :
- Tout mettre en œuvre pour que les journalistes emprisonnés soient libérés
- Impulser la création d’un poste de représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies à la protection des journalistes
- Plaider pour que tous les pays européens respectent leurs engagements

2) La lutte contre les fausses nouvelles ou fake news. « Nous devons être forts et avoir des règles claires » car « toutes les paroles ne se valent pas ».
Un projet de loi sera déposé prochainement, qui ne remettra en cause aucune des libertés de la presse. Il devrait comporter notamment les mesures suivantes :
- Obligation de transparence accrue pour les plateformes, qui « devront révéler l’identité des annonceurs et de ceux qui les contrôlent et limiter les montants dédiés »
- Création d’une action en référé qui pourra déboucher sur la suppression du contenu en cause, le déréférencement du site, la fermeture du contenu utilisateur concerné, voire le blocage du site internet
- Pouvoirs accrus du CSA, qui pourra refuser de conclure des conventions avec des médias sous contrôle étranger, en prenant en compte les contenus Internet.
- Le président a invité les journalistes à une réflexion déontologique en prenant pour exemple l’initiative de certification déontologique lancée par Reporters Sans Frontières.

3) La transformation de l’économie des médias, notamment pour s’adapter au numérique
Une réflexion sur la répartition de la valeur ajoutée devra être menée, aux niveaux français et européen, pour « récompenser celles et ceux qui créent » ;
L’indépendance des rédactions vis-à-vis des actionnaires devra être renforcée, par exemple à travers un système de fondation entre actionnaires et rédactions.

4) La refondation de la « grammaire de l’audiovisuel public », pour « viser l’excellence pour tous ». Un rapport sur le sujet sera rendu à la fin du premier semestre 2018, et un projet de loi sera déposé avant la fin de l’année. Il s’appuiera sur une concertation avec l’ensemble des professionnels et sur l’examen d’exemples européens.

5) L’évolution des rapports entre les journalistes et les pouvoirs politiques : le président a appelé à une « saine distance » pour rétablir la « dignité démocratique » et éviter de se retrouver dans un « lieu qui n’est que celui du commentaire »


Articles similaires

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.