À l'assemblée nationale

La volonté du Gouvernement, conformément aux annonces faites par le président de la République dès le mois de juillet concernant la SNCF, est de donner la priorité à la modernisation et à l’entretien du réseau existant, plutôt qu’à de nouveaux grands projets d’infrastructures.
C’est le sous-investissement chronique, depuis des décennies, dans ces réseaux du quotidien qui a causé les incidents répétés de ces derniers mois.
Concrètement, plus de 5 milliards d’euros (5,2 Mds) seront investis en 2018 pour entretenir et régénérer notre réseau ferroviaire, auquel les Français sont très attachés. C’est deux fois plus qu’il y a dix ans.
Cet investissement permettra de mener à bien plus de 1600 chantiers cette année.
Une attention particulière sera portée aux grandes gares à Paris et en région. Un diagnostic complet sera finalisé par la SNCF fin mars, pour que les propositions d’actions notamment sur les investissements prioritaires pour ces grandes gares, soient présentées fin avril.
Parce que les voyageurs doivent être informés et que la transparence doit être garantie, la SNCF publiera à partir de ce mois de janvier, la régularité des TER, Transilien, Intercités et TGV de manière quotidienne. Un indicateur de gravité des incidents sera également créé, qui permettra d’attribuer un indice de gravité pour chaque incident sur le modèle d’échelle existant dans d’autres secteurs, de manière transparente.
Ces mesures s’inscrivent pleinement dans le projet de loi d’orientation des mobilités qui sera présenté au printemps, et qui mettra pleinement l’accent sur les mobilités du quotidien.


Articles similaires

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.