En circonscription

Des montures lunettes de vues fabriquées par une imprimante 3D ? Ça existe, elles sont en polyamide 12, utilisé sous forme de poudre solidifiée par un procédé de frittage laser dans des imprimantes 3D industrielles. Au-delà de la prouesse technique, l’avantage est de proposer du sur-mesure autant pour les verres que pour les montures. Romain Mange, opticien à Marnay, village de 1.400 habitants au carrefour du Doubs, de la Haute-Saône et du Jura et son confrère Marc Renaud installé à Baume-les-Dames dans le Doubs Central, font partie des premiers opticiens en France à proposer le service Yuniku (unique en Japonais). « Aujourd’hui le client a une prescription, il choisit sa monture et le fabricant adapte le verre en fonction de l’inclinaison, du galbe, de la distance entre l’œil et le verre. Ici le processus est inverse, on part du verre et on adapte la monture », explique l’opticien. Après un interrogatoire serré sur son mode de vie, conduite, travail sur tel type d’écran, pratique du sport ou besoin de minutie, etc., le client se place face au miroir de l’appareil Yuniku et l’opticien scanne en 3D la morphologie de son visage grâce à quatre caméras installées dans deux colonnes le long du miroir. Deux points au-dessus des oreilles du visage scanné et deux autres au niveau des pupilles permettent de repérer le positionnement idéal des montures et des verres. Certes le côté masque mortuaire du visage sur l’écran a un petit côté effrayant. Mais Romain Mange prévient ses clients et les invite à essayer formes et couleurs de montures.

« Nous avons, pour l’instant, 24 formes et 9 couleurs et l’offre s’étoffera de 12 nouvelles formes et 6 nouvelles couleurs à la mi-décembre », se réjouit-il. Avantage de poids, outre un confort d’une vision sur mesure, ces lunettes sont bien plus légères que les lunettes classiques. A Marnay, Romain Mange travaille avec Hoya pour les verres et le belge Materialise, leader mondial de l’imprimerie 3D, imprime les montures à Louvain. « En Franche-Comté nous sommes les seuls à proposer ce dispositif. Côté prix, il faut compter environ 150 € de plus qu’un sur-mesure classique pour une petite correction; pour une correction plus importante, le prix est celui du sur-mesure ». Romain Mange a reçu dernièrement des clients de Lyon. Le haut de gamme est une façon de se différencier en milieu rural. « Je suis à 15 minutes des zones commerciales de Besançon, pour exister je dois me positionner sur ce genre de segments. Proposer de l’inédit, de l’exclusivité ». Le jeune opticien a d’ailleurs ouvert sa boutique en 2010, bien décidé à faire de cette différence un atout. « Le plus compliqué, c’est de faire venir le client pour la première fois ». Aujourd’hui, il compte plus de 1.200 Bisontins parmi ses clients. « La qualité ça fonctionne. Comment voulez-vous résister avec du pas cher, il y aura toujours quelqu’un qui fera moins cher que moi. Ici mes lunettes sont fabriquées par un ouvrier qui travaille 35 heures, qui a cinq semaines de vacances ». Le savoir vendre et un sens aigu et spontané du contact font le reste.

Est Républicain, 17 novembre 2017


Articles similaires

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.