À l'assemblée nationale

Le groupe Leclerc a reconnu avoir vendu dans certains de ses magasins des reliquats de produits Lactalis concernés par le rappel du 21 décembre dernier suite à la découverte d’une contamination aux salmonelles.
La première préoccupation doit être celle de la santé des enfants. Le groupe a indiqué avoir commercialisé un peu moins de 1000 produits après le rappel. Un numéro vert (01.71.53.51.20) a été mis en place que tous les parents qui ont un doute peuvent contacter.
Il faut rappeler que lors d’une opération de retrait ou de rappel, volontaire ou en application d’une décision du Ministre, l’industriel est responsable de sa mise en œuvre.
Pour vérifier la mise en œuvre des mesures de retrait-rappel au niveau national, la DGCCRF a lancé des contrôles dans les différents points de vente (grandes surfaces, pharmacies…) mais également aux sièges des grandes enseigne de distribution, chez les grossistes ou encore dans les hôpitaux et les crèches. Les résultats de ces contrôles sont attendus dans quelques jours.
Concernant le cas particulier du groupe E. Leclerc, des contrôles d’enseigne ont déjà été menés et les investigations se poursuivent.
Il faut rappeler que le fait de poursuivre la vente de produits concernés par une opération de retrait ou de rappel est susceptible de constituer une tromperie aggravée, qui est un délit pénal.


Articles similaires

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.